ET SI ON DEMANDAIT À ÉVOLUER DANS LA DOUCEUR ?

ET SI ON DEMANDAIT À ÉVOLUER DANS LA DOUCEUR ?

Et si, nous prenions l’habitude de demander à évoluer dans la douceur ?
Et si, nous ancrions définitivement l’habitude de demander ce qui est vraiment bon pour nous ?
Et si, à chaque fois que nous demandions quelque chose, nous nous interrogions, sur notre capacité à recevoir, à porter ou à supporter ce que les guides de l’univers mettront sur notre route ?

 

Sur ce chemin d’évolution, emprunté avec rigueur début 2015, j’ai voulu évolué vite.  J’ai demandé à franchir les étapes, qui me permettraient de grandir, de me mettre à l’épreuve. Mon mental, mon égo, voulait tout vivre, tout faire, tout développer et j’avais beaucoup de mal à accepter les périodes de stagnations. Et pourtant, elles font parties intégrante des cycles de la vie et je sais aujourd’hui qu’elles nous sont nécessaires pour intégrer l’évolution.

Toujours faire, toujours plus, sans s’écouter vraiment. Je voyais ça comme des périodes infructueuses et inutiles. Je n’acceptais pas de me poser et de me reposer. Je voulais avancer coûte que coûte. 

 

A partir de mai 2016, chaque jour en méditation, je demandais “à évoluer” sans plus de précisions. Vous savez bien maintenant qu’aucune de nos demandes ne restent vaines. Et que moins elles sont précises et plus nous laissons libre court à l’univers et à ses artisans. Chacune de nos demandes est un ordre.

 

Il m’avait pourtant été dit à plusieurs reprises par mes guides : “Que les choses arrivent exactement au moment où elles doivent arriver. Que si les choses ne viennent pas c’est qu’il y a une raison. Et dans quelle mesure penses-tu être apte à recevoir, à porter et à supporter ce que tu demandes ? 

 

Puisque l’égo ne veut pas écouter la vie, qu’il veut plus, qu’il veut mieux, la vie va lui donner les leçons qu’il attend. Et à partir de septembre 2016, j’ai été servie par la vie… à grand coup de claques, et ça pique un peu 😅

La première étape de cette évolution brutale a été le décès de mon ex-compagnon, mon 1er amour, celui qui avait compté plus que tout. Bien que nous n’avions plus de contact depuis des années, cela a été pour moi une vraie déchirure.
La deuxième étape, en mars 2017, j’ai fais l’expérience des souvenirs occultés de mon enfance remontés à la surface de mon esprit conscient : images de violences et d’abus avec pour conséquences une rupture familiale indispensable et salvatrice. Alors qu’à ce moment j’affirmais (le mental, encore celui-là !) avoir TOUT réglé…
Tertio, en juin 2017, mon amie, ma soeur de coeur, celle qui avait été ma meilleure amie de 15 à 30 ans, est décédée des suites d’un accident. Laissant un grand vide malgré tout ce en quoi je crois.
Et pour finir, en décembre 2017, l’état de santé de mon père s’aggravait brusquement et cette période aura duré 3 mois. Et aujourd’hui merci, il va bien mieux ! 

Le tout saupoudré de plus petites claques, qui piquaient un petit peu moins !
Je ne vous dit pas ça pour vous apitoyer.  C’est une manière aussi de vous dire, que je suis comme vous. Je suis aussi soumise à des épreuves et je traverse aussi les expériences de la vie comme chacun : e comme vous, parfois en faisant simplement ce que je peux !

Mon égo voulait être au dessus, il voulait évoluer et puisque c’était ma demande la vie plaçait devant moi toutes ces situations brutales qui allaient me mener au plus profond de moi. 

Pour me confier un peu et vous dire ce qui m’a permis de “tenir” dans ces périodes, ces choses sont peu nombreuses mais tellement essentielles à ce que je suis devenue.  Mon chat qui m’a réveillé chaque matin, pour que la vie continue. Mon homme m’a portée, soutenue, nourrie et soignée à grand coup d’Amour et de patience 💝 Ce travail sur moi effectué au quotidien pour me libérer de mes souffrances. 

ET VOUS TOUS LES MEMBRES DU GROUPE VIVRE BIEN, les défis étaient lancés, vous comptiez sur moi, et j’ai continué à faire un pas chaque jour 💝
Une mention spéciale pour Sylvie qui a été présente et qui a écouté mes souffrances. 

Et aujourd’hui c’est l’occasion pour moi, au travers de ces lignes, de vous dire MERCI 💝


Il ne suffit pas d’aller bien quand tout va bien. C’est facile ça. 
Nous avons à faire nos preuves et  à mettre en application ce que nous prônons justement quant tout va mal. C’est quand tout s’effondre et que tout se casse la figure  autour de nous, que nous avons à mettre en pratique tout ce que nous avons appris. Nous avons, quand l’ombre nous rattrape à faire le choix conscient de la lumièreMon rôle au travers de ces expériences à été (d’essayer tant que possible) d’incarner vraiment ce que je transmets dans mes écrits au quotidien. 

Et on sait bien que c’est toujours plus compliqué en pratique !

Toutes ces épreuves sont arrivées jusqu’à moi pour éradiquer mon mental et mon égo et mon besoin de contrôler même mon évolution, pour que je puisse apprendre à écouter mes guides, à faire confiance au plan de l’univers prévu pour moi.
C’est au travers de ces épreuves, que j’ai appris à accepter mes souffrances, à les observer, à leur donner de la place et à les respecter quand elles se présentaient.
C’est quand on commence à accepter sa souffrance qu’il est possible de la transmuter en Amour.

C’est aussi, à ce moment là, que j’ai pu me positionner dans mon Moi profond -cette partie de nous qui sait mieux que nous ce que nous sommes venus vivre. Cela m’a permis de regarder les choses sous des angles différents.  

 

J’ai longtemps eu la la croyance qu’il nous faut souffrir pour comprendre. 
Et je pense que celle-ci a encore teinté ma réalité !  Mais au fond,  ce n’est qu’une croyance et comme toutes les autres, nous avons à les balayer pour exploiter notre plein potentiel. Même si, je dois bien avouer que c’est à force de souffrance intérieure, qu’il y plus de 3 ans j’ai emprunté ce chemin vers moi-même.
Aujourd’hui, je change d’avis ! 

 

Je demandais ce qui était bon pour mon évolution point. 

La semaine dernière, dans une discussion avec une amie, il m’a été dit  : 

” Mais tu sais que moi j’ai compris que je n’avais pas besoin de vivre des choses difficiles pour évoluer. Maintenant, je demande plutôt à évoluer et à comprendre dans la douceur “

Et oui !  Elle a complètement raison. Je réalise à ce moment là, que cette croyance que j’ai longtemps eu (que nous sommes vivants au travers des épreuves) était encore là quelque part à se rejouer inconsciemment dans ma programmation mentale subconsciente et pas complètement déracinée.

 

On a tellement la tête dans le guidon de nos propres vies. Ancrés parfois dans des restes de croyances à éradiquer que l’on ne se rend même pas compte qu’elles nous attachent et nous étriquent encore. Et voilà, aujourd’hui seulement, je comprends ça, que je peux demander à évoluer dans la douceur, vers ce qui est bon et juste pour moi. 


Alors à vous qui me lirez, servez-vous de cette histoire pour demander à évoluer dans la douceur ! Demandez aux guides de l’univers de mettre sur votre chemin ce qui est bon et juste pour vous !  Demandez à faire des compréhensions douces, positives et sous la bienveillance et l’amour de l’univers. Et c’est ainsi qu’il en sera. 

 

Tout peut se vivre dans la douceur, si vous croyez qu’il en est ainsi.
Je choisis d’y croire désormais, et vous ? 

 

 

 

 


Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
– qu’il ne soit pas coupé
– qu’il n’y ait aucune modification de contenu
– que vous fassiez référence à mon site http://www.flore-power.fr
– que vous mentionniez mon nom en tant qu’auteur : Flore Power

Share Button


2 thoughts on “ET SI ON DEMANDAIT À ÉVOLUER DANS LA DOUCEUR ?”

    • Bonsoir Nadège,
      Tout simplement, comme on formulerait une demande à l’univers ou à nos guides :
      “Univers Infini, mes guides spirituels, je demande à évoluer dans la douceur et qu’il en soit ainsi”
      Souvent le plus simple est le mieux 😉
      Flore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *